Ciné Concerts & Concerts

Ciné Concerts

Concept

Une des originalités des divers programmes musicaux proposés par le compositeur pianiste concertiste Jean-Philippe ISOLETTA est le « Ciné Concert ». Cette forme musicale, qui lie la musique et le cinéma, donne au langage de l’artiste un rôle narratif et figuratif, illustrant l’expression, les émotions des différents personnages, ainsi que l’atmosphère, le scénario, l’action, l’intrigue du film. L’art de « faire parler » l’image en musique.

La configuration est identique à celle de la fin du XIXe et début du XXe siècle, naissance du cinéma.

La musique est composée et / ou improvisée en direct en situation de projection publique. Toutefois, le but musical est de faire vivre l’image en mouvement, de donner corps à l’œuvre cinématographique.

De ce fait, lorsque la musique est écrite, le musicien se détache peu à peu du texte et improvise sur la trame, la structure de l‘oeuvre, tout en gardant ses spécificités thématiques et architecturales.

Pour le spectateur, le Ciné Concert reste un spectacle ludique et populaire qui réunit les amoureux de musique et de cinéma.

Des grands chef-d’œuvres présents dans la mémoire collective comme « Nosferatu » ou « Dr. Jeckyll & Mr. Hyde », jusqu’aux films tous publics, et / ou burlesques comme «Malec forferon » ou « Le mécano de la General ».

Exemples de programmes proposés (dont les Ciné Concerts jeune public)

  • « Le mécano de la General op. 15 n° 1 » / Jean-Philippe Isoletta (2002, 1 h 13 mn) – B. Keaton (1927). Tous publics.

  • « Nosferatu op. 21 n° 1 » / JP Isoletta, (2005, 1 h 03 mn) –  F. W. Murnau (1922)

  • « Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op. 22 n° 1″ / JP Isoletta (2006, 1 h 09 mn) – J. S. Robertson (1920)

  •  Ciné Concerts  jeune public op. 30 et op. 42

Musique improvisée :

  • « Cinq Courts-Métrages de Méliès op. 31 à op. 35 » / JP Isoletta (2009, 1 h 15 mn) – G. Méliès (de 1903 à 1911).
  • « Pour épater les poules op. 38 » / C. Bowers, (1926) ; « Malec forgeron op. 39 / B. Keaton (1922) – JP Isoletta (2012, deux courts-métrages, 47mn). Ciné Concert jeune public…
  • « Le cabinet du Dr. Caligari op. 40 » / JP Isoletta (2012, 1 h 13 mn) – R. Wiene, (1919)

NOTE : D’autres Ciné Concerts, avec de nouveaux films, sont possibles, sur commande et avec un travail de création au préalable, en musique improvisée, et/ou composée.

 

 

Concerts

Deux formules de récitals possibles

Compositions personnelles – Pièces pour piano et Versions Concerts des Ciné Concerts de l’artiste :

Les Versions Concerts de Ciné Concerts sont des pièces pour piano, issues des Ciné Concerts composés par le musicien, réadaptées, structurées sous formes de morceaux pianistiques, destinées à être interprétées sans le support cinématographique.

Ces œuvres reprennent les thèmes principaux des différents Ciné Concerts – personnages, atmosphères, ambiances. Ce tout en gardant un lien narratif et musical avec les versions intégrales.

Exemple de concert (durée environ 1 h 15 mn) :
  1. – L’Amour et l’angoisse du Dr. Jeckyll op. 22 n° 2 A 

    (Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op 22 n° 1)

  2. – Le Dr. Jeckyll devient Mr. Hyde op. 22 n° 2 B

    (Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op 22 n° 1)

  3. – Gina, la belle danseuse orientale op. 25 

    (Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op 22 n° 1)

  4. – Nina, l’Amour tragique et la mort de Nosferatu op. 21 n° 2 A

    (Nosferatu op. 21 n° 1)

  5. – L’arrivée du vampire à Brême op. 21 n° 2 B 

    (Nosferatu op. 21 n° 1)

  6. – L’errance de la police op. 28

    (Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op 22 n° 1)

  7. – La mère et l’enfant op. 30 A

  8. – Le rêve op. 30 D 

  9. – Les quatre cents farces du diable op. 35 n° 2 (Improvisation) 

    (Cinq Courts-Métrages de Méliès op. 31 à op. 35)

  10. – Le mécano de la General op. 15 n° 3 b (2) (Le mécano de la General op. 15 n° 1)

  11. – La vie de Sir Carew op. 26

    (Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op 22 n° 1)

  12. – L‘inquiétude du Dr. Jeckyll op. 36 

    (Dr. Jeckyll & Mr. Hyde op 22 n° 1)

          13. – Fantaisie op. 8 

.Œuvres du grand répertoire + Compositions personnelles (durée : environ 1 h 15 mn) :

  • Haydn, Mozart, Chopin, Bartok, Janacek, Piazzolla…

  • Compositions de Jean-Philippe Isoletta

Quelques mots sur les films, chef-d’œuvres du cinéma muet

Le mécano de la General :

Un des films les plus aboutis de Buster Keaton.  Artiste génial et précurseur dans l’histoire du cinéma, notre héros nous fait vivre ses aventures, à travers une passion partagée entre la General (la locomotive dont il est le mécanicien) et sa dulcinée. En pleine guerre de Sécession, Johnny Gray (incarné par B. Keaton) se lance seul à la poursuite d’espions nordistes qui se sont emparés de sa belle et de sa locomotive. Un autre regard ludique sur cette période de l’histoire des Etats – Unis, une belle parodie de la guerre en général . Le tout à travers une histoire d’amour pleine de rebondissements, de « burlesque »,  et de romantisme moderne.

 Nosferatu :

En 1838, Hutter, jeune clerc de notaire, part conclure une vente dans les Carpates. Après des rencontres menaçantes et de funestes présages, il est reçu par le comte d’Orlock qui n’est autre que la réincarnation du vampire Nosferatu, alias Dracula.
Chef d’oeuvre du cinéma muet d’épouvante et de l’expressionnisme allemand des années vingt   « Nosferatu » est la première adaptation fidèle du célèbre roman de Bram Stocker,  » Dracula”, publié en 1897. Un film émouvant avec de superbes images en noir et blanc, illustrée par la musique du compositeur Jean-Philippe Isoletta.

Dr. Jeckyll & Mr. Hyde :

…Où le bon et charitable Dr. Jeckyll se fait dépasser par sa propre science, à travers une escalade tragique et irrémédiable. Un superbe film fantastique à suspense, mêlant une histoire d’amour impossible à une intrigue policière. Un aspect  bien d’actualité de la nature humaine, le bien et le mal de sa propre personnalité… Le chemin de l’ombre ou de la lumière… La figure mythique de Dr. Jeckyll & Mr. Hyde.